09/07/2008

My CrOw...


(¯`·._.·-> KaIkAn <-·._.·´¯)

0AQCALM066XCAZWFG5GCA9373YOCAH2I069CAJMBNCWCA386SKICACSGAMYCAK7NNO2CAA5E43PCADW402HCA1V1EC1CA6MTMWOCAKFE0C4CAE832JICA8I9ZAMCAYCBINDCAQRA1IPCATSD6JVCANAUWMG

 Perdue comme jamais dans ma propre ville. Ne sachant plus rien, oubliant même mon propre nom et mon humanité. Errer dans les rues désertes. Tourner en rond encore et encore. Il ne sert à rien de croire que le soleil va se lever. Croire, espérer est inutile sauf à donner des rides et à pousser les gens au suicide. Une seule lame a parcouru mon corps, mais je me suis trouvée pathétique. J’ai laissé coulé le couteau dans la Tamise. Je suis peu à peu devenue fantôme. Ne croisant personne. On rampe tous le jour et on chiale toute la nuit. Ce monde n’est qu’égoïsme et perversion. Même le ciel me menace et me condamne. Rien. Je n’avais plus rien. Quant à la lune, je ne l’ai jamais autant détesté. Elle est bien trop instable. Mais si belle…  

Un matin, un cri. Je lève la tête. Un signe de vie. Enfin. Ma folie ne sera alors que de courte durée. Un autre cri. Encore. Les rues restent désertes. Un battement d’ailes. Un corbeau se pose sur un banc. Il cri, comme s’il m’appelait. Impossible, trop d’imagination. Il attend juste une chose : ma mort. Il attend d’amener mon âme en enfer ou au paradis. Et manger ensuite mes restes comme paye de son travail. Il reste cependant… un signe de vie. Il se pose à côté de moi, me mord la main et me fait saigner. Je le questionne du regard. Serait-il un novice ? Je ressemble vraiment à un mort alors ?!

Il s’envole. « Adieu… » Une minute passe. Puis deux. La rue reste telle qu’elle est. Le ciel est toujours aussi noir. Et moi. Moi je commence à en avoir marre. Envie de peindre tous ces murs en blanc, envie de me lever, marcher, courir. Revêtir mes grandes robes. Danser toute la nuit avec comme seule lumière la lune. Envie de tout ce que je faisais avant, les choses négatives en moins. Ces choses qui m’ont peu à peu empoisonné, meurtries. Si le destin me fait un signe, je me lève et je change tout.

Des battements d’ailes. Le corbeau revient. C’est mon signe. Je me lève d’un bond. Je le suis. « Attends ! » Je suis trop faible et mes membres trop endoloris. Je surpasse la douleur. En plus, il revient toujours. Se pose, cri et attend. Les hommes ne peuvent vivrent sans la compagnie de quelqu’un. Je l’ai trouvé, mon autre moi.

Au détour d’une rue inconnue. Une maison immense se dessine sur le fond de ciel noir. Ce n’est pas Buckingham palace mais c’est pas mal. Ma nouvelle demeure. Un endroit clos, loin du monde. Un jardin à perte de vue, des pièces tels un labyrinthe. Et un corbeau.

Dans ma chambre, il me rend visite. Il ne m’appartient pas, il est libre. Il est l’humain qui ne me rendra pas folle.

Il est Kaikan.

(¯`·._.·-> t <-·._.·´¯)

Commentaires

Il est bon d'avoir un etre qui est la pour nous, meme s'il est le seul au monde au mois nous ne sommes plus seul et nous pouvons recommencer doucement a vivre.

Écrit par : Ookami | 05/05/2009

Les commentaires sont fermés.