31/05/2009

AbOuT HiM...

[...] Il se glissa dans ma chambre sans même que je ne m'en apperçoive. Il s'approcha de mon lit. Je levais les yeux de mon livre pour le regarder.

17/05/2009

Questions...

Je ne sais plus depuis des siècles ce qu'est l'amour...

Ce que l'on ressent...

ou pas d'ailleur...

Ce que ça fait que d'avoir une moitié?

Si c'est chiant? plaisant?

Ce que l'on pense en se couchant? en se réveillant?

Si le coeur frappe pour tout?

ou s'il demeure muet à chaque instant?

Pourquoi toutes ces questions inutiles?

Ce que je sais c'est que je ne veux pas m'enfermer,

me brouiller la tête,

ne pas vivre 50 ans avec le même type...

Est-ce que au bout de 50 ans de mariage on a encore quelque chose à se dire?

Pourquoi tout ça?

Parce que toutes mes copines ont un mec et que ça me turlupine...

(¯`·._.·->  <-·._.·´¯)

decoration

"Pourquoi avons-nous peur d'être amoureux ?
D'être aimé
 Je ne peux pas l'expliquer..."

15/05/2009

strange...

C'est étrange de se dire que l'on a gaché sa vie

seulement parce que l'on est pas née avec les bonnes gènes...

Tellement de choses me sont étrangères,

j'ai le reste de la vie pour les découvrir,

bien que d'autres resteront sourdent à mes oreilles...

(¯`·._.·->  <-·._.·´¯)

Je savais que j'aurais dû naitre ailleurs...

decoration

11/05/2009

Play...

[...] Je suis rentrée cette après-midi après avoir parcourus tout Londres à pieds à la recherche de François. Sans succes. Je suis revenue fatiguée. Ookami m'attendait sur le perron. Il courrut dans ma direction dès qu'il me vit. Je me penchais prestement pour carresser sa chaude tête avant de monter les marches. J'ouvris la porte d'entrée, la referma aussitôt, Ookami sur les talons. -"Tu l'as retrouvé?" me demanda Kaikan.

-"Non." lui répondis-je froidement sans m'arreter.

Je continuais ma route pour m'arreter au salon où j'enleva mon manteau. Je m'écroulais sur le canapé. Ookami monta a coté de moi et glissa sa tête dans ma main en ronronnant. Je le carressais de la main droite tandis que la gauche desserait le noeud à mon cou. J'enlevais le ruban et le posais sur l'accoudoir. Ookami le prit et s'amusa avec. -"Non Ookami, je tiens à ce ruban!" lui dis-je en lui courant après. Kaikan se posa sur le dossier Ookami dût croire qu'il voulait lui aussi jouer, c'est pour cela qui lui envoya le ruban. Le silence s'installa. Tout le monde se figea. Je pouvais lire dans les yeux de Kaikan de la profonde colère. Ookami quant à lui se colla à mes jambes. "Il voulait jouer Kaikan." lui dis-je. Kaikan vexé s'envola. Je sentais qu'Ookami se sentait comme coupable. "S'il veut faire la tête il l'a fait, mais il ne va pas gacher notre plaisir." Je me penchais en avant, ramassa le ruban et le fit pendre devant le nez du petit chat. Il joua avec.

La nuit était tombé depuis longtemps lorsque j'entendis des bruits de pas dans les escaliers. Quelqu'un frappa doucement à ma porte et entra. François fit une révérence et s'approcha de moi. "Vous m'avez demandé?dit-il.

-"Oui... "Je pris place sur le canapé devant le bow window et regardais dehors.

-"Est-ce si dur d'avoir peur de décevoir la personne qui nous suit tout le temps?

-"Sans doute... Comment ne pas décevoir? Ou ne pas esperer?

-"Tu ne peux..." Le fait qu'il me tutoya me fit me retourner pour le regarder dans les yeux. "Princesse, n'assombis pas ton visage avec des questions inutiles. Sois comme le vent. Laisses toi porter."

 

decoration

09/05/2009

...

[...] Je n'arrivais pas à dormir, je ne cessais de me torturer l'esprit de questions inutiles. Mon dos me faisait attrocement mal. Je me réveilla en sursaut quelques heures après que je me sois endormis. Il y avait quelqu'un dans ma chambre. Un homme. J'allumais la bougie mais ne vit rien. Je descendais jusqu'à la cave, Versinke n'était toujours pas revenu de son voyage.

Wind...

[...] Kaikan avait une attitude bizarre. Il semblait savoir quelque chose mais ne voulait rien me dire. Je n'arrivais pas à le faire parler. Il demeurait muet comme n'importe quel corbeau. Du coup, moi aussi je me posais des questions face à ce petit chat. Je jouais avec lui, le carressais. Rien ne changea vraiment. Au fil des jours, j'eû la sensation qu'il se rapprochait de plus en plus de moi. Je n'étais jamais seule désormais. Je n'avais plus ce goût de solitude. Pourtant je ressentais quelque chose que je n'avais jamais ressentis... Je ne pouvais dire ce que c'était. Il y avait des fois où, regardant dehors, je devenais vide. Je ne bougeais plus. Ne clignais même pas des yeux. Et pourtant je pensais. "Cela fait longtemps que je ne me suis pas perdue dans la foret. C'était si calme avec le vent qui s'engouffrait dans les feuilles. L'odeur de mousse, l'herbe sous mes pieds..."

Quelqu'un sonna. C'était François. Il sourit en me voyant. J'en esquissa un léger et le laissa entrer. Il remarqua tout de suite le chat. "C'est Ookami." lui dis-je avant qu'il ne pose de questions. Il se contenta d'hocher la tête sur le coté. Je l'invita à prendre le thé.

-"Il te suit partout?" me demanda t-il en s'appuyant contre la table.

-"Quasiment." lui répondis-je en mettant l'eau à chauffer.

-"Cela ne te déranges pas?

-"Pour l'instant non. Pourquoi?" je me retournais pour le regarder.

-"Comme ça... Tu lui a expliqué les règles?" il sourit. "Question stupide, bien sûr que tu l'as fait. Personne ne peut rentrer ici sans se faire assaillir de toutes tes lois.

-"Non je n'ai rien dit. Ce n'est qu'un chat." Il me regarda surpris.

-"Et alors?

-"Tu ne vas pas t'y mettre toi aussi..." lui dis-je en prenant la bouilloire. Dans la salle de thé, je versais le liquide chaud dans les tasses. Sous le regard perplexe de François.

-"Moi aussi? Versinke fait la tête?

-"Non pas lui.

-"Ichigo?

-"Kaikan.

-"Oh." Il s'assit.

-"Tu n'as pas l'air surpris.

-"Je ne le suis pas." Il but une gorgée sans quitter le chat du regard. "Il a des yeux étranges... On dirait un loup..." Ookami dût comprendre que l'on parlait de lui car il leva la tête pour regarder François. "Il a l'air..." Il se tut. Tourna son regard vers moi. Il baissa les yeux. Je ne dis rien. Il continua à jeter des regards furtif à Ookami. Que voyait-il? A peine eut-il finis de boire qu'il se leva pour partir. J'ordonais à Ookami de rester là tandis que je courrais après François.

-"Que t'arrive-t-il? lui demandais-je en attrapant son bras.

-"Tu as tué Versinke pour moins que ça. Dans son regard, j'ai pu lire tellement de choses. Il... Tu as l'air d'être si..." Il semblait se perdre dans ses mots. "Qu'es tu devenus?" lacha t-il enfin.

-"Je n'ai pas changé." lui répondis-je calmement en lachant son bras.

-"Le jour où tu le mettras à la porte, il ne faudra pas venir pleurer. Si tu ne mets pas tout de suite les choses au clair, tu vas vite te noyer. Maintenant, je pense que Kaikan et moi ne voulons pas que cela se reproduise encore. Je préfère partir.

-"Se reproduise? Mais quoi à la fin?

-"Ton accident! Princesse des neiges..."Il rigola. "ne me fais pas rire." Sur ces mots, il partit. Quelques minutes après, le ciel se couvrit et le de la pluie se mit à tomber. Je restais abrutis sur le seuil de la porte. Je ne pouvais plus dire maintenant si ce qui coulait dans mon dos était de l'eau ou du sang. Ookami vint se frotter contre mes jambes. Pour la première fois, je le regardais d'une manière différente.

-"Le vent tourne..." dit Kaikan depuis l'escalier.

(¯`·._.·-> <-·._.·´¯)

decoration

Belong...

Je ne vous appartiens pas,

c'est vous

qui m'appartenez...

(¯`·._.·->  <-·._.·´¯)

decoration