09/05/2009

...

[...] Je n'arrivais pas à dormir, je ne cessais de me torturer l'esprit de questions inutiles. Mon dos me faisait attrocement mal. Je me réveilla en sursaut quelques heures après que je me sois endormis. Il y avait quelqu'un dans ma chambre. Un homme. J'allumais la bougie mais ne vit rien. Je descendais jusqu'à la cave, Versinke n'était toujours pas revenu de son voyage.

Wind...

[...] Kaikan avait une attitude bizarre. Il semblait savoir quelque chose mais ne voulait rien me dire. Je n'arrivais pas à le faire parler. Il demeurait muet comme n'importe quel corbeau. Du coup, moi aussi je me posais des questions face à ce petit chat. Je jouais avec lui, le carressais. Rien ne changea vraiment. Au fil des jours, j'eû la sensation qu'il se rapprochait de plus en plus de moi. Je n'étais jamais seule désormais. Je n'avais plus ce goût de solitude. Pourtant je ressentais quelque chose que je n'avais jamais ressentis... Je ne pouvais dire ce que c'était. Il y avait des fois où, regardant dehors, je devenais vide. Je ne bougeais plus. Ne clignais même pas des yeux. Et pourtant je pensais. "Cela fait longtemps que je ne me suis pas perdue dans la foret. C'était si calme avec le vent qui s'engouffrait dans les feuilles. L'odeur de mousse, l'herbe sous mes pieds..."

Quelqu'un sonna. C'était François. Il sourit en me voyant. J'en esquissa un léger et le laissa entrer. Il remarqua tout de suite le chat. "C'est Ookami." lui dis-je avant qu'il ne pose de questions. Il se contenta d'hocher la tête sur le coté. Je l'invita à prendre le thé.

-"Il te suit partout?" me demanda t-il en s'appuyant contre la table.

-"Quasiment." lui répondis-je en mettant l'eau à chauffer.

-"Cela ne te déranges pas?

-"Pour l'instant non. Pourquoi?" je me retournais pour le regarder.

-"Comme ça... Tu lui a expliqué les règles?" il sourit. "Question stupide, bien sûr que tu l'as fait. Personne ne peut rentrer ici sans se faire assaillir de toutes tes lois.

-"Non je n'ai rien dit. Ce n'est qu'un chat." Il me regarda surpris.

-"Et alors?

-"Tu ne vas pas t'y mettre toi aussi..." lui dis-je en prenant la bouilloire. Dans la salle de thé, je versais le liquide chaud dans les tasses. Sous le regard perplexe de François.

-"Moi aussi? Versinke fait la tête?

-"Non pas lui.

-"Ichigo?

-"Kaikan.

-"Oh." Il s'assit.

-"Tu n'as pas l'air surpris.

-"Je ne le suis pas." Il but une gorgée sans quitter le chat du regard. "Il a des yeux étranges... On dirait un loup..." Ookami dût comprendre que l'on parlait de lui car il leva la tête pour regarder François. "Il a l'air..." Il se tut. Tourna son regard vers moi. Il baissa les yeux. Je ne dis rien. Il continua à jeter des regards furtif à Ookami. Que voyait-il? A peine eut-il finis de boire qu'il se leva pour partir. J'ordonais à Ookami de rester là tandis que je courrais après François.

-"Que t'arrive-t-il? lui demandais-je en attrapant son bras.

-"Tu as tué Versinke pour moins que ça. Dans son regard, j'ai pu lire tellement de choses. Il... Tu as l'air d'être si..." Il semblait se perdre dans ses mots. "Qu'es tu devenus?" lacha t-il enfin.

-"Je n'ai pas changé." lui répondis-je calmement en lachant son bras.

-"Le jour où tu le mettras à la porte, il ne faudra pas venir pleurer. Si tu ne mets pas tout de suite les choses au clair, tu vas vite te noyer. Maintenant, je pense que Kaikan et moi ne voulons pas que cela se reproduise encore. Je préfère partir.

-"Se reproduise? Mais quoi à la fin?

-"Ton accident! Princesse des neiges..."Il rigola. "ne me fais pas rire." Sur ces mots, il partit. Quelques minutes après, le ciel se couvrit et le de la pluie se mit à tomber. Je restais abrutis sur le seuil de la porte. Je ne pouvais plus dire maintenant si ce qui coulait dans mon dos était de l'eau ou du sang. Ookami vint se frotter contre mes jambes. Pour la première fois, je le regardais d'une manière différente.

-"Le vent tourne..." dit Kaikan depuis l'escalier.

(¯`·._.·-> <-·._.·´¯)

decoration

Belong...

Je ne vous appartiens pas,

c'est vous

qui m'appartenez...

(¯`·._.·->  <-·._.·´¯)

decoration

07/05/2009

gg

personne ne sait pourquoi ni comment il est arrivé ici

c'est ainsi on ne peut rien y changer

au fond Londres

represente petu-être le néant...

30/04/2009

Ookami...

[...] Des miaulements se sont fait entendre ce matin alors que je dormais encore... Je me suis levée et je suis sortis sur le balcon. L'air froid glissait sur mes membres. Il était tôt, le soleil venait à peine de se lever. Je n'ai pas vue de pelage dans l'herbe. Je ne rêvais pas. Je suis descendue, pieds nus, et j'ai ouvert la porte d'entrée. Il se tenait là, tout petit, assis, tranquillement. Il me tournait le dos et regardait le ciel. J'ai levée les yeux mais je n'ai rien vue. Pas de nuages, ni d'oiseaux. Je me suis baissé et ai appelé "minou!". C'est là qu'il a tourné sa tête vers moi. Il avait des yeux de loups, vairon. L'un bleu l'autre marron. Au loin, j'ai entendu un battement de coeur. Le chat a penché sa tête sur le coté. J'ai baissé les yeux. Il s'est approché de moi, doucement. Il n'était pas craintif. Il a glissé sa petite tête noire dans le creux de ma main. Elle était chaude. Je l'ai invité à rentrer dans la maison sous l'oeil réprobateur de Kaikan. Il s'est envolé quand j'ai levée la tête vers lui. J'ai fermé la porte. Ai marché jusquà la cuisine, le chaton sur les talons. Il est monté directement sur la table en bois. J'ai attrapé une bouteille de lait sur une étagère, l'ai ouverte et en ai versé un peu dans un bol. Je l'ai posé sur la table. Le chaton lappa le liquide blanc en faisant un drôle de petit bruit. Je me suis penché en avant pour le regarder. Il était si petit et si mignon. Les battements revinrent sonner dans mes oreilles. "Tais-toi..." murmurais-je agacé. Le chaton s'arreta de boire. Il me regarda. "Que tes yeux sont étranges... on dirait ceux d'un loup..." lui ai-je murmuré. Il cligna des yeux, sans bouger. "A quoi penses-tu?" J'imaginais peut-être une réponse. C'était stupide. Le chaton baissa les yeux. "Il ne veut pas te faire peur..." dit une voix masculine. Je ne l'avais jamais entendue. Je regardais autours de moi, ne vit personne. Un battement d'ailes attira mon attention. "Kaikan? C'est toi qui parles?

-"Oui." Sa voix résonnait comme un écho. Une voix d'air, pas sortit directement de la bouche de quelqu'un.

-"Depuis quand parles-tu?

-"Depuis toujours..." Je l'ai regardé, pas vraiment étonnée. Les battements revinrent. Je fermais les yeux.

-"Pourquoi aurais-je peur?

-"Parce que vous ne le connaissez pas.

-"C'est idiot...

-"Pas vraiment.

-"Qu'est ce que tu veux dire par là? Parles." Kaikan resta silencieux. Il regarda en l'air. Je regardais de nouveau ce petit chaton. "Tu es un petit chat. Je ne sais pas pourquoi tu as atteris chez moi mais tu es ici maintenant.La peur est un sentiment bien trop commun pour avoir sa plac en ces lieux..." Lui dis-je. Je le prit dans mes bras et l'amena dans la veranda tout en le carressant. Il ronronna. Je pris place sur l'un des fauteuils et le posa sur mes genoux. Il s'endormit sous mes carresses.

-"Vous ne devriez pas... ajouta enfin Kaikan.

-"Pas de risque Kaikan. Ne t'inquiètes pas pour moi...

-"Vous ne savez pas qui il est...

-"Peu m'importe... Je ne connais personne en ce bas monde. Tu le sais bien.

-"Vous l'entendez battre tout comme moi...

-"Il n'y a aucun risque, il est bien enfermé..." Je regardais mon corbeau de compagnie ne comprenant qu'à moitié ce qu'il pouvait bien penser.Kaikan s'envola sans doute enervé. Je ne supportais pas d'entendre ce coeur se réveiller d'un coup à cause d'une paire d'yeux de loups. Je ne m'inquiétais pas. Je ne pouvais. Je ne ressentais rien, jamais. Cela n'allait pas changer. Pas de nouveau... Pas encore...

decoration

17/04/2009

Goodbye Prince...

Il a disparut ce matin, je n'ai même pas pleurée...

Il y a eut du brouillard, pendant plusieurs jours, je ne pouvais pas regarder le chateau de ce prince... Je me suis occupée ailleurs. Entre le piano et une toile de peinture, le temps est passé sans que je ne m'en apperçoive. Puis un matin, c'est le soleil qui m'a réveillé. J'aurais sans doute pût courir jusque dans la tour pour regarder, le voir. Mais je ne l'ai pas fait. J'ai flannée un peu au lit puis j'ai je suis descendue à pied nu sur le sol en marbre glacé. J'ai pris mon petit déjeuner en lisant un livre que j'avais laissé trainer. J'ai fait ma toilette en silence. J'ai enfin monté les marches une par une, calmement. C'est comme si je savais déjà. Il n'était plus là. Ni le Prince, ni le chateau. J'ai entendu au loin mon coeur se serrer. Je ne me suis posée aucune question. Je suis redescendu calmement. Mon coeur semblait souffrir. Je suis passé devant sa chambre en faisant la sourde. J'ai repris mes affaires, sans rien changer de mon attitude. Il fallait bien qu'il disparaisse un jour...

Je l'ai perdu... et alors?

decoration

A little mouse...

I want to go away...

I want to be invisible...

I want to be also small as a mouse so that nobody remembers me!

(¯`·._.·-> <-·._.·´¯)

decoration

"Suis-je supposé être heureux ?
Avec tout ce que j'ai toujours voulu, ça vient avec un prix.
Tu disais, tu disais que tu mourrais pour moi ?"